Verdun 1916. Retour Retour
Verdun résume la lutte d'usure qui caractérisa la Première Guerre mondiale sur le front de l'Ouest, n'ayant que pour but de détruire les réserves françaises. La bataille de Verdun fut peut-être la plus sanglante et la plus longue de la Première Guerre mondiale. Alors que la guerre de tranchées s'était installée à la fin de 1914, il devint plus ou moins difficile de remporter une victoire traditionnelle sur l'ennemi. Auparavant, la victoire était décidée par la défaite d'une armée ou l'occupation de régions clés ou de capitales. C'était devenu impossible. On ne voyait pas comment percer des lignes et prendre des objectifs stratégiques, et de profondes positions défensives empêchaient totalement de chasser l'ennemi du terrain. Le problème dans les deux cas était la disponibilité des réserves, en même temps que déplacer celles-ci vers un point menacé, avant qu'une attaque couronnée de succès puisse être exploitée par l'ennemi. La victoire, dans cette guerre, consistait à épuiser l'ennemi, à porter le prix à payer pour sa poursuite si haut que la paix deviendrait absolument nécessaire. A Verdun, 40 millions d'obus furent tirés pendant le conflit pensé par le général allemand Erich von Falkenhayn comme une bataille d'écrasement pour "saigner à blanc l'armée française". Après une modeste offensive à Ypres en avril 1915, les Allemands adoptèrent une position défensive sur le front ouest. Cependant, en février 1916, ils résolurent de passer à l'offensive. Falkenhayn, chef suprême de l'armée allemande, décida de frapper un grand coup contre l'armée française, déjà affaiblie par la perte d'environ deux millions de soldats depuis le début de la guerre. Au lieu de tenter une percée, Falkenhayn prévoyait d'infliger un maximum de pertes en attaquant une partie de la ligne que les Français se sentiraient obligés de défendre à tout prix. Les Allemands choisirent le saillant entourant la forteresse de Verdun comme terrain d'abattage. "Jamais l'ennemi ne put sécuriser de façon permanente ; jamais il ne put échapper à la pression allemande", Erich von Falkenhayn. Verdun était un objectif idéal pour plusieurs raisons. Située dans une boucle de la Meuse, la ville disposait de peu de voies de communication. Une seule route la traversait. Les problèmes de logistique de l'attaque étaient allégés par la présence d'une importante voie ferrée allemande à 19 km seulement de là, permettant de transporter des munitions, des fournitures et des renforts au cours de l'attaque. Le secteur de Verdun était relativement calme, et beaucoup de pièces lourdes armant les forts avaient été transférées en d'autres points, leur présence paraissait plus nécessaire. La garnison était de 3 divisions, représentant une faible défense. Cher au cœur des Français, il permettait également aux Allemands d'amasser un maximum d'artillerie pour peser sur les défenseurs. L'artillerie serait la pierre angulaire du plan allemand tandis que l'infanterie s'emparerait de points clés afin d'attirer les réserves françaises pour en faire de la chair à canon. Le 21 février 1916, l'air froid de l'aube était déchiré par les hurlements des gros obus et le sifflement des armes antipersonnel. Les 1200 canons (dont plus de la moitié de lourd calibre) de la 5ème armée allemande entamèrent le bombardement le plus dévastateur de toute l'Histoire. Plus de deux millions d'obus tombèrent sur les positions avancées françaises dans les 12 h qui suivirent. Un peu plus tard, des groupes d'assaut de l'infanterie allemande pénétrèrent dans les tranchées françaises ravagées. Les deux jours suivants, les forces allemandes ne réalisèrent que de faibles progrès, mais le 24 elles percèrent la ligne de défense principale, faisant 10000 prisonniers et capturant 65 pièces d'artillerie. Au cours des jours qui suivirent, les Allemands continuèrent leur progression et capturèrent le fort de Douaumont (ouvrage clé de la défense) le 25 février 1916. Ce fut une sérieuse atteinte au moral des Français, surtout lorsqu'il s'avéra que sa garnison n'avait pas résisté jusqu'au bout. L'infanterie avait cédé sous le bombardement, laissant une poignée d'artilleurs pour assurer la défense. Une patrouille allemande de neuf hommes découvrit une entrée non gardée du fort et y pénétra. Elle conduisit à l'intérieur 300 autres soldats et prit le principal ouvrage de la défense de Verdun presque sans tirer un seul coup de feu. Le haut commandement français avait été pris par surprise, mais le même jour, le général Pétain fut nommé à la tête de la 2ème armée française défendant Verdun. Pétain était un excellent tacticien. Il avait également la réputation de se soucier de ses hommes et se mit immédiatement à organiser le ravitaillement, le renfort et le soutien des troupes en difficulté. La seule route, "la voie sacrée", menant à Verdun était soumise à un feu constant d'artillerie, mais 3000 camions persévérèrent quotidiennement pour ravitailler les hommes en munitions. Tout au long de mars, avril et mai, la bataille fit rage sans diminuer d'intensité. Falkenhayn étendit la ligne de combat et, au cours d'avril et mai, les Allemands livrèrent d'âpres combats pour s'emparer des collines et des crêtes sur la rive est de la Meuse. Une grande partie des combats était concentrée autour du Mort-Homme, qui fit tristement honneur à son nom. Pour les troupes des deux camps, l'enfer de Verdun devint quasiment un mode de vie. À leur grande surprise, les Allemands se rendirent compte que leurs propres soldats se transformaient également en chair à canon. Le 1 juillet 1916, l'offensive alliée sur la Somme força les Allemands à interrompre leurs opérations à Verdun. À la fin du mois, les Français passèrent à l'offensive et, grâce à de féroces contre-attaques, regagnèrent la majeure partie des territoires perdus en début d'année. Pendant que l'armée française, fatiguée, se battait bec et ongles pour défendre Verdun, l'instigateur du plan allemand, Falkenhayn, fut limogé et remplacé par l'équipe des généraux Paul Von Hindenburg et Erich Ludendorff, fraîchement victorieux de leurs combats sur le front Est. Pertes : Français, environ 500 000 victimes - Allemands, environ 425 000 victimes