Mais qui est Las Cases ?. Retour Retour
Dans le spectacle "Le Dernier panache", Napoléon s'adresse à Las Cases : "Écrivez Las Cases : J'aurais voulu l'avoir à mes côtés ce Charette, il me donne l'impression d'un grand caractère, il laisse percer du génie ..." Mais qui est "Las Cases" ? Emmanuel-Augustin-Dieudonné-Joseph, comte de Las Cases était un historien français. Il est l'un des compagnons d'exil de Napoléon à St-Hélène. Le nom de "Las Cases" en Espagne (dans l'entourage de Christophe Colomb), et en France (dans les armées de Louis XII et de François Ier) apparaît tout au long de l'histoire. le 21 juin 1766 sur la commune de Blan, lieu-dit Las Cases, situé entre Castres et Revel dans le Tarn, décédé le 14 mai 1842 à Passy, il appartenait à une famille d'origine espagnole qui se vantait de compter parmi ces ancêtres, (l'apôtre des Indiens), le vénérable Barthélémy de Las Cases (1474-1512) de l'Ordre des Prêcheurs. L'antique famille de Las Cases s'était illustrée au XIIe siècle dans la lutte contre les Maures. Il entra tout jeune dans la marine et parvint à 23 ans au grade de lieutenant de vaisseau. Après avoir fait de bonnes études à Vendôme (aujourd'hui Lycée Ronsard) chez les Oratoriens, il est admis en 1780 à l'Ecole militaire de Paris, comme cadet gentilhomme et ensuite, il entra dans la marine comme aspirant, sa petite taille (1,60 mètre) le fait remarquer. Comme aspirant, il suit les cours de l'Ecole d'application navale de Brest, il se spécialise dans les techniques de la cartographie. Embarqué, à bord de l'Actif faisant partie de la flotte de la Motte-Picquet (1720-1791), il participe au blocus de Gibraltar (1779-1783) et à divers combats contre les navires anglais. Il sert, durant les dernières années de la Guerre d'Indépendance américaine, brillamment dans la marine du roi, en particulier aux Antilles. Au rétablissement de la paix, il entreprit des voyages scientifiques avec Lapérouse (1741-1788). Lorsque survient la Révolution, il choisit en 1790 d'émigrer et de rejoindre l'armée de Condé à Coblence. Il y est déçu par l'accueil qui lui est fait et par les querelles entre émigrés. Après la dissolution de cette armée, suite à la bataille de Valmy du 20 septembre 1792, Las Cases se rend en Angleterre, participe à la préparation de l'expédition de Quiberon, débarque à l'île d'Yeu. Après l'échec de cette expédition, il peut réembarquer et revenir en Angleterre. A Londres, il travaille à la rédaction d'un atlas géographique et donne des leçons. C'est à cette occasion qu'il noue une fidèle amitié avec l'épouse du riche baronet Thomes Clavering " une jolie lady française". Il remporte un grand succès en Angleterre en 1802, après la publication, sous le pseudonyme de A.Lesage, d'un Atlas historique, généalogique, chronologique et géographique. Cet ouvrage connaîtra le même succès en France, puisqu'à partir de 1803, une édition paraîtra chaque année. En 1812, il effectue une mission d'inspection des dépôts de mendicité et des prisons qui lui fera proposer d'utiles réformes à Napoléon. Au printemps 1814, il participe à la défense de Paris comme chef de bataillon à la 10e légion, sous Moncey. (1754-1842). Après l'abdication de Napoléon (1769-1821), il refuse de siéger au Conseil d'Etat et rejoint Londres. Au retour de l'Aigle, Las Cases est aux Tuileries dès le 21 mars 1815. Dès le 24 mars 1815, il retrouve ses fonctions de chambellan et de conseiller d'Etat. Après Waterloo, il reste au service de l'Empereur et sollicite l'honneur de partager son exil. Marquis d'Ancien Régime, officier de marine émigré pendant la Révolution, devenu chambellan et comte de l'Empire puis conseiller d'État pendant les Cent Jours, Emmanuel de Las Cases ne présenterait dans l'épopée napoléonienne qu'un intérêt restreint s'il ne s'était attaché à son maître proscrit et n'avait publié en 1823, deux ans après la mort de l'Empereur, le Mémorial de Sainte-Hélène, qui fut peut-être le livre le plus lu du XIXe siècle. Las Cases avait, avec son fils (Emmanuel Pons de Las Cases 1800-1854), suivi Napoléon à Sainte-Hélène et y sont restés durant dix-huit mois jusqu'à son expulsion en 1816. Au jour le jour, il a consigné les propos de l'Empereur. Il prit, sous sa dictée, le récit de certaines de campagnes de l'Empereur et noté les persécutions dont l'illustre captif était l'objet de la part de ses geôliers, dont Hudson Lowe (1769-1844). Le 7 août 1815, Napoléon et sa suite montent à bord du Northumberland. Au cours de la traversée à destination de Sainte-Hélène, Las Cases note déjà les premiers souvenirs de Napoléon, qui sont remis en ordre en fin de journée par son fils Emmanuel. Napoléon commence ses dictées le 9 septembre 1815, en mer. Ces dictées seront à l'origine du Mémorial de Sainte-Hélène. Las Cases sait se faire apprécier Napoléon par ses manières affables, son érudition et sa disponibilité. Les dictées continuent jusqu'en novembre 1816. C'est à cette époque qu'il confie au serviteur James Scott une lettre clandestine pour Lady Clavering Châtelaine à Louveciennes (née Claire Gallais 1770-1854), dans laquelle il dénonce les conditions de détention de l'Empereur. Malheureusement, le serviteur en informe Hudson Lowe et le 21 novembre 1816 Las Cases et son fils sont arrêtés. Las Cases et son fils sont expulsés et quittent l'île de Sainte-Hélène le 30 décembre 1816 sur le Griffon pour le Cap, où ils restent en quarantaine, avant de regagner l'Europe. Refoulés d'Angleterre en novembre 1817, ils sont conduits à Ostende. La France, les Pays-Bas et l'Autriche refusent de leur donner l'asile. Las Cases et sa famille s'installent en décembre 1817 à Francfort, puis au pays de Bade au début 1818. Après la mort de Napoléon en 1821, l'autorisation de rentrer en France est accordée à Las Cases dans les derniers jours de juillet 1821 et il arrive à Paris le 15 août 1821. En 1822, il récupère ses manuscrits et les huit volumes du Mémorial de Sainte-Hélène ou journal, se trouve consigné jour par jour tout ce qu'a dit et fait Napoléon durant dix-huit mois, du 20 juin 1815 au 25 novembre 1816. Il publia en 1823 ce "Mémorial" dont le retentissement fut si grand qu'il fut réimprimé en 1824, 1830, 1835, 1840 et surtout 1842 avec illustrations de Nicolas Charlet et lui rapportent 3 millions de francs (+/- 9,5 millions €). Il fut traduit en de nombreuses langues et, enfin, qu'il valut à Las Cases un siège de député en 1831. La légende napoléonienne doit beaucoup à cet ouvrage. En 1831, Las Cases est élu député de l'arrondissement de Saint-Denis et siège à l'extrême gauche de la Chambre des députés. Il est réélu en 1839. Aveugle, il ne peut accompagner le prince de Joinville à Sainte-Hélène pour le Retour des Cendres de Napoléon. Le 15 décembre 1840, il est présent aux Invalides, lors de la cérémonie. Il mourut le 14 mai 1842, après avoir eu la satisfaction de voir rendre à la France les restes mortels de l'homme à qui il avait donné des preuves d'un attachement et d'un dévouement qui honorent toujours sa mémoire.