Les Dames du Puy du Fou. Retour Retour
Pendant notre parcours dans le "Château Renaissance", le grand peintre "Le Primatice" nous invite à rejoindre la salle de bal en présence du Roi François 1er et la Reine Eléonore..... Mais qui est la Reine Eléonore d'Autriche (1498-1558) ? Cette princesse connut dès l'enfance ne situation familiale tragique. Ile n'avait pas encore 8 ans lorsque son père l'archiduc d'Autriche, Philippe 1er Le Beau (1478-1506), mourut. Sa mère, la reine de Castille, Jeanne 1er (1479-1555), en perdit la raison et l'histoire la retient comme "Jeanne la Folle". Eléonore allait, désormais, dépendre de son frère, le futur Charles-Quint (1500-1558). Ce frère n'avait qu'un seul désir : dominer l'Europe... Et tout lui était bon pour réussir dans son dessein... même utiliser sa sœur. Elle était belle, élégante et avait une magnifique chevelure blonde. Alors pourquoi ne pas se servir d'elle pour mener des unions politiques avantageuses ? C'est ainsi qu'Eléonore se trouva fiancée au roi du Portugal, Manuel 1er (1469-1521). Elle avait 20 ans et lui 50. Il était laid à faire fuir tous les diables de l'enfer, bossu et alcoolique... Elle dut l'épouser et lui donner 2 enfants qui ne survécurent pas. Enfin, le bel époux mourut et elle fut veuve. En 1521, à 23 ans, elle revint vivre à la cour de son frère. Il allait pouvoir disposer d'elle à nouveau ... L'occasion se présenta quelques années plus tard avec la mort de Claude de France (1499-1524), première épouse de François 1er... Le 24 février 1525, devant Pavie, en Italie, François 1er (1494-1547) roi de France fut fait prisonnier par les troupes de son mortel, ennemi, ce même Charles- Quint, empereur d'Allemagne, roi d'Espagne, maître des Pays-Bas... Le roi de France fut emmené à Madrid, résista pendant une année de captivité à son vainqueur qui essayait de lui imposer un traité visant à démembrer son royaume. Finalement, en janvier 1526, François 1er dut se résigner à signer. La France ne pouvait rester indéfiniment sans roi ... Le 17 mars, il franchit la Bidassoa (fleuve côtier du Pays basque). "Je suis roi de nouveau" soupira-t-il, mais à quel prix ... ! Il lui fallait abandonner une partie de son royaume : la Bourgogne, la Flandre et l'Artois. Il lui fallait aussi verser une rançon de 2 millions d'écus (4 tonnes d'or) et laisser en otages ses deux fils aînés, âgés de 7 et 9 ans ... De plus, François 1er devait s'unir à Eléonore d'Autriche. Mais n'avait-il pas dit que pour sauver la France "il épouserait même une mule ... ". Charmante remarque pour un roi qui se piquait de galanterie ! Notre Roi mit 4 années à réunir la rançon... Les enfants royaux durent patienter et Eléonore aussi ... Enfin, le 2 juillet 1530, la Bidassoa vit l'échange se faire entre la galère chargée d'or venue de France et celle venue d'Espagne avec, à son bord, les petits princes et la "fiancée". Aussitôt, le roi qui était à Bordeaux, fut informé et s'avança au devant du long cortège de plus de 100 personnes, 400 mulets et 30 chariots chargés d'étoffes, d'or, de pierres précieuses. François 1er récupérait ainsi une partie de la rançon ... ! La rencontre et le mariage eurent lieu le 7 août 1530 en l'abbaye de Captieux, non loin de Bordeaux. Lentement, le cortège royal remonta jusqu'à Fontainebleau en passant par Angoulême, Cognac (où le roi était né), Blois et St- Germain-en-Laye. Ce ne furent que fêtes et réjouissances en l'honneur des souverains ... Eléonore qui fut "le plus bel ornement des fêtes de la cour" selon son royal époux, ne joua jamais aucun rôle politique malgré sa grande intelligence. Pour oublier l'insignifiance de son destin, elle voyagea et séjourna à Montpellier, Avignon, à Marseille, à Cambrai et même à Nice ... À la mort de François 1er, le 31 mars 1547, elle partit pour les Pays-Bas (son pays natal) puis retourna en Espagne elle mourut en 1558. Elle repose près de Charles-Quint, ce frère qui ne vit en elle qu'une monnaie d'échange ... Ainsi, si nous reprenons le fil de nos investigations, nous notons que François 1er et Eléonore d'Autriche ont parcouru un long chemin entre Bordeaux et Fontainebleau en 1530 ... Peut-être, à cette occasion, le roi chevalier et sa seconde épouse sont-ils venus au Puy du Fou ... ? Est-elle aussi la "Dame du Carrosse" de la Cinéscénie ? Ou bien s'agit 'il de Marguerite d'Angoulême - Reine Consort de Navarre (1492-1549), la sœur de François 1er car, elle seule, semble être passée par Bayonne, en compagnie de son frère ... Alors, envisageons cette autre possibilité. De deux ans, l'aînée de François 1er, elle veilla toujours sur lui avec une tendresse toute maternelle ... Ses dons de cœur et d'esprit fascinaient tous ceux qui l'approchaient : érudits, poètes, artistes, hommes politiques. A 13 ans, elle parlait aussi bien l'italien et l'espagnol que le français, elle connaissait un peu de grec, de latin et d'hébreu ... Plus tard, elle fit de sérieuses études philosophiques et théologiques. Aux charmes de l'esprit, elle ajoutait ceux du corps. Elle était grande, élancée, elle avait un teint éblouissant, des yeux pétillants et un sourire séducteur. Seule ombre au tableau, elle avait le nez un peu fort ! La "perle de France" fut mariée, très jeune, à Charles IV d'Alençon (1489-1535) qu'elle n'aimait pas et qui mourut en 1525, honteux d'avoir provoqué par sa fuite le désastre de Pavie. Deux ans plus tard, elle épousa Henri II d'Albret, roi de Navarre (1503-1555), de 12 ans son cadet. Bien que très éprise, elle ne fut pas heureuse. Alors, Marguerite retourna à ses chères études, écrivit des vers, un recueil de 72 nouvelles plutôt lestes, l'Heptaméron (Dix récits par jour et pendant sept jours). Elle s'intéressa aussi à l'administration de son royaume qu'elle légua, fort bien géré, à sa fille unique Jeanne d'Albret (1528-1572), qui sera la mère d'Henri IV (1553-1610). La reine de Navarre mourut deux ans après son frère. Avec elle disparaissait, dira Pierre de Ronsard (1524-1585) : "Tout ce qu'avait notre terre d'honneur, de grâce et de beau". L'incomparable Marguerite fut-elle la "Reine" du Puy du Fou ? Revenons à ce 17 mars 1526, François 1er franchit la Bidassoa, enfin libéré par son geôlier espagnol. Le roi, après quelques lieues franchies au grand galop, atteignit Bayonne l'attendait sa sœur tant chérie et si dévouée. Elle n'avait pas hésité, au péril de sa propre liberté, à aller à Madrid, durant l'automne 1525 pour tenter de fléchir l'implacable Charles-Quint en faveur de son frère. Ensuite, Marguerite et François, triomphants, avaient regagné le château d'Amboise. Alors, pourquoi n'auraient-ils pas fait étape au Puy du Fou ? Il nous faut maintenant choisir parmi ces charmantes "Dames" : Eléonore, Marguerite ? A chacun de se faire une opinion !