Le Maître Verrier. Retour Menu Artisans Retour Menu Artisans
Il y a environ 5000 ans, dans la région du Croissant fertile et la Vallée du Nil, l'homme a commencé à fabriquer du verre. Sa fabrication était un mélange de cendre et de sable, porté à haute température dans un four. Fasciné par ses propriétés étranges, les Égyptiens et les Romains ont excellé dans la fabrication de petits objets de verre coloré. Le vitrailliste, aussi appelé maître verrier met en œuvre le verre afin de réaliser une " image translucide et colorée ". Le vitrail, véritable "peinture de lumière", associe la sensibilité de l'artiste, la technicité, le savoir-faire de l'artisan et la lumière de l'environnement. Un vitrail est une composition décorative ou iconographique formée à l'aide de pièces de verre coloré. La technique du vitrail, pièces sont assemblées par des baguettes de plomb, s'est développée principalement au Moyen Age (entre 950 et 1240), époque les vitraux jouaient un rôle important dans l'enseignement religieux des populations illettrées (extrait de bibles et représentation d'un Saint) et devient avec le temps un élément d'architecture (voir les rosaces). Les verres utilisés pour les vitraux sont généralement colorés dans la masse, au moment de la fusion de la silice, par ajout d'oxydes métalliques, ou recouverts de peintures vitrifiables recuites au four. Les principales étapes de réalisation d'un vitrail au plomb sont : La conception, la maquette, la coloration, le tracé, le calque, le calibrage, la coupe, le sertissage, le soudage et finalement pour les vitraux extérieurs le masticage. http://www.jacques-monnier.fr/ Nous allons maintenant vous dévoiler les étapes et techniques générales pour la réalisation d'un vitrail.
Au départ, et avec les idées et les inspirations du Maître d'œuvre, il sera réalisé une maquette afin d'avoir une idée du rendu. Ensuite, pour l'étape suivante, il sera exécuté, depuis ce dessin, une maquette à l'échelle réelle, sur un papier un peu plus épais avec tous les détails et notamment sur la forme des pièces de verre et du chemin de plomb. Une fois le dessin réalisé et approuvé, une découpe de chaque calibre sera réalisée et délimitée par un trait représentant le plomb (comme en couture il faut un patron) . Chaque calibre servira de modèle pour la coupe du verre. S'il y a de la peinture, elle se fera une fois toutes les pièces de verre coupées et nécessitera une cuisson à environ 630° et ce afin de se conserver dans le temps. Ensuite vient le montage avec un profilé en plomb en forme de H, qui relie toutes les pièces de verre entre elles. Pour maintenir le tout, il sera procédé une soudure à l'étain à chaque intersection des plombs et cela sur les deux côtés du panneau. Afin de rendre le vitrail bien étanche, un mastic un peu liquide à base d'huile de lin et blanc de Meudon (craie) sera appliqué avec un gros badigeon de chaque côté du panneau et nettoyé avec de la sciure et une brosse. Une ossature métallique, appelée barlotière, servira à faire le lien entre les différents panneaux de vitraux. Un solin (dispositif visant à assurer l'étanchéité) à la chaux sera mis sur les côtés du vitrail pour le jointé à la pierre. Les rayons du soleil, ou lumières artificielles placées derrière les vitraux, vous raconteront une histoire et mettront la grande valeur du travail, votre regard et le savoir-faire de l'artisan. Au Puy du Fou, l'artisan présent à la Cité Médiévale utilise des techniques et outils issus du Moyen-âge afin de vous présenter ses réalisations.