Nature dans le Grand Parc. Retour Retour
Les gentilshommes campagnards, dès la fin du XVIIIème siècle, embellissent leurs demeures d'aménagements paysagers l'aspect naturel du site est complété de "décors". Ainsi, de la demeure, on peut découvrir des hameaux, des coteaux, des bosquets, des lacs, reliés par de petits sentiers sinueux. L'eau est toujours présente, elle se coule entre des rochers, sous des ponts. Des ruines (fausses), des tombeaux (vides) créent une atmosphère propice à la mélancolie, à la méditation, au recueillement... C'est le triomphe du "Romantisme". Dès le début du XIXème siècle, le jardin n'est plus le privilège de quelques fortunés, il se démocratise grâce aux parcs et aux jardins publics. Mais, peu importe l'origine du jardin, il a toujours le même but. Etre un lieu de retraite l'on peut échapper aux tensions de la vie quotidienne et renouer la relation avec la nature.