La Troupe du Marais. Retour Retour
"L'accueil est à haut risque puisque derrière ce rideau qui, dans quelques instants, va s'ouvrir grand, pour vous, la troupe du Marais, en quittant ses tréteaux, change de résidence et fait le pari fou d'un accueil incertain, ici, au Puy du Fou !" Le théâtre du Marais est l'un des plus célèbres de Paris et un des premiers théâtres du Paris de l'époque ique, mais qui a connu une histoire mouvementée. C'est que fut créé le Cid de Corneille et que furent jouées les pièces de Mairet (1604- 1686), Scudéry (1607-1701), Scarron (1610-1660). La collaboration étroite de Pierre Corneille (1606 1684) et de l'excellent acteur Montdory (1594-1654), contribue de manière décisive à la renommée de cette scène concurrente de l'Hôtel de Bourgogne dite "Troupe royale" et qui reçoit une pension de la part du roi. Vers 1600, il semble (car peu d'écrits l'attestent) qu'une troupe soit venue à Paris pour la foire Saint Germain et voulut s'installer en ville dans un théâtre qu'elle aurait fait construire dans le Marais, dans une maison appelée "Hôtel d'Argent". Et ce non sans mal. En effet, Paris comptait alors deux salles. Le Petit Bourbon pour les comédiens royaux et l'Hôtel de Bourgogne pour les spectacles ouverts au public. Et difficile de sortir du monopole de ce dernier. Déjà, le 28 avril 1599, le Châtelet de Paris réaffirme la défense de jouer ailleurs qu'au théâtre de l'Hôtel de Bourgogne. Défense également aux bourgeois de louer leur maison à des comédiens. Mais en 1624, Guillaume de Mondory et Claude Deschamps (dit Villiers (1600 1681)) fondirent leur troupe sous le nom de Marais. 1634 : Le 8 mars, Mondory loua le Jeu de paume du Marais, rue Vieille du Temple, pour y entreprendre des travaux afin d'aménager un vrai théâtre. 1635 : 1 er janvier : Inauguration du théâtre du Marais. 1637 : Première représentation du Cid de Corneille (Pièce crée en pleine guerre avec l'Espagne Corneille prépare une pièce qui célèbre l'héroïsme castillan). 1638 : L'acteur Josias de Soulas, dit Floridor (1608 1671) entre dans la troupe, pour succéder à Montdory et devient rapidement à son tour une vedette parisienne et l'ami personnel de Pierre Corneille. La concurrence entre le théâtre du Marais et l'hôtel de Bourgogne est vive, au point que fréquemment les deux troupes créent la même saison deux pièces rivales sur le même sujet. Le roi lui-même intervient à deux reprises au moins pour modifier la composition des troupes et faire passer des comédiens d'un théâtre à l'autre. 1643 : La salle, les décors et les costumes sont détruits par un incendie. 1644 : Octobre, après sa complète rénovation et nouveautés techniques, réouverture du théâtre du Marais et "les petits comédiens" comme on les appelle, par opposition aux "grands comédiens" de l'Hôtel de Bourgogne rejouent et passent par diverses périodes de prospérité et de détresse. Le nouveau Marais développe de plus en plus ses changements de décors spectaculaires, avec naufrages et cataclysmes dans ses pièces à machines et met fin au décor austère du théâtre de la Renaissance. Le Marais connaît notamment un succès triomphal avec une pièce à machine, La Toison d'or, que Louis XIV (1638 1715) voit deux fois, mais Jean-Baptiste Lully (1632 1687) lui porte le coup fatal avec son privilège d'exclusivité, ce qui interdit à la fois la représentation des comédies ballets et des pièces à machines. L'ampleur du succès dut à la pièce de Corneille "Le Cid" joué par la troupe du Marais oblige les comédiens à placer certaines personnes de part et d'autre de la scène. Ces places étaient bien plus chères et donc réservées à la Cour. Mais cela n'arriva pas à compenser le départ, pour l'Hôtel de Bourgogne, de Floridor puis de Corneille, qui apportait toutes ses pièces à la troupe depuis 18 ans. Durant les années 1650, la salle est désertée. 1660 : Malgré le monopole de l'Hôtel de Bourgogne avec qui il est en concurrence, le théâtre du Marais ouvre ses portes grâce à Mondory et sa troupe. Le théâtre du Marais en plein âge d'or du théâtre français reste loin derrière l'Hôtel de Bourgogne et le Palais Royal de Molière. Il déménagera encore à plusieurs reprises, mais reste toujours attaché au quartier du Marais. La troupe du théâtre y joue toujours les œuvres de Pierre Corneille. Mais les trois troupes de comédiens se disputent le public de théâtre parisien, la troupe du Palais Royal (dirigée par Molière), celle du Marais et celle de l'Hôtel de Bourgogne. 1669 : à cause de difficultés financières, la salle est fermée en 1673 et la troupe est dissoute sous l'ordre de Louis XIV. Désireux d'une centralisation, Louis XIV ordonne aux comédiens de la troupe du Marais de rejoindre la troupe de Molière après la mort de ce dernier. Le roi force également la main de la troupe de Bourgogne pour qu'une troupe unique se forme à Paris. C'est par un édit de Louis XIV que s'est fondée cette troupe unique et permanente : la Comédie Française. La Comédie Française fut nommée sous deux autres noms également, Théâtre Français et la Maison de Molière. Les comédiens français s'unissent finalement le 5 janvier 1681, pacte qui ne sera jamais rompu. En 1791 un autre théâtre du Marais est bâti avec des matériaux récupérés de la prise de la Bastille et présentant des spectacles révolutionnaires. Si Corneille en était l'auteur-maison au XVIIème siècle, c'est maintenant le tour de Beaumarchais (1732- 1799). Le théâtre du Marais connaît alors un franc succès avec la célèbre trilogie de Beaumarchais : "La Mère coupable", "Le Barbier de Séville" et "Le Mariage de Figaro". 1807 : Fermeture du Théâtre par ordre de Napoléon (1769-1821). 1812 : La salle est détruite pour laisser la place à un établissement de bains. Au XXe siècle, un nouveau lieu théâtral est ouvert sous le nom de théâtre du Marais. Fondé par Jacques Mauclair en 1976, il ferme un temps ses portes en 1999 avant d'être repris par le cours Florent en mai 2000. En 2009, il est repris par Sébastien Autret, Charles Petit et Quentin Paulhiac, qui font revivre cette salle avec une programmation hétéroclite de pièces de théâtre.