De 1540 à 1977 (Résumé). Retour Retour
En 1540, François II est le seigneur du Puy du Fou décide de moderniser son château et se lance dans une rénovation sur les traces de la renaissance (mouvement couvrant la période du XIVéme siècle au XVIéme siècle). L'art de la Renaissance était en plein essor à Paris et lors de son voyage en 1537, François II juge que son vieux château n'est plus digne de sa grande fortune. En se mariant avec Catherine de Laval-Bois-Dauphin, il reçoit une dote de 40.000 livres et les travaux peuvent commencer. Les plans sont fournis par Le Primatice, pilier de l'Ecole de Fontainebleau. Les infiltrations d'eau obligent les terrassiers à poser les fondations du château sur pilotis. Le corps du logis s'étend sur 66 mètres de longueur avec de vastes sous-sols (cuisines, cellier, stockage), un rez-de-chaussée (appartement d'apparat et de réception, la chapelle) et un étage (appartements privés), décorés par des colonnes ioniques et corinthienne comme pour retourner vers l'antiquité. Une loggia à l'italienne, composée de deux arcades en plein cintre donnant accès à un escalier à colimaçon. A l'extérieur, une terrasse surplombe un étang à cinq mètres de haut (Face à la tribune de la Cinéscénie). Le 17 juillet 1548, François II du Puy du Fou est pris de maladie à Saumur et décède.
En 1548, le gros œuvre du logis principal est terminé. Il ne manque plus que la décoration intérieure et ..... En 1559, René Ier et son épouse Catherine de la Rochefoucauld (c'est la fameuse Catherine du Puy du Fou dont on entend le nom à La Cinéscénie et à L'Odyssée du Puy du Fou) reprennent en main les travaux de décoration et de peinture. En 1566, René Ier meurt assassiné lors d'une partie de chasse. La même année, Catherine entreprend deux nouveaux chantiers. Le premier, c'est un escalier monumental (le grand degré) qui permet d'accéder à tous les étages, additionné d'une grande loggia dont on accède à la somptueuse chapelle, dédié à Marie-Madeleine comme celle du premier château. Le deuxième, c'est l'aile gauche du château. Une immense galerie d'une longueur de 58 mètres. On y trouve un caveau voûté en maçonnerie. La canalisation directe entre le puits et la cuisine n'étant pas suffisante, on aménage un bassin carré de 2,5 mètres de côté et de 2 mètres de profondeur. En toute saison, il était rempli aux trois quarts d'une eau fraîche et limpide et assurait toutes les demandes. (Une réplique de ce bassin se situe dans le village 18éme). 1577, marque la disparition de Catherine de la Rochefoucauld et en 1578 la fin des travaux sur le site du Puy du Fou.
En 1577, Catherine de la Rochefoucauld n'est plus de ce monde, son fils Gilbert n'a que 15 ans et est sous la tutelle de Euzèbe du Puy du Fou grand-oncle paternel. Nous sommes dans une période des guerres de religion et l'intérêt pour le château Renaissance est remis à plus tard. Devenu majeur, Gilbert passe son temps, avec ses troupes, à la guerre contre les protestants et contre les ennemis du roi et ce fait, il n'a plus un sous à consacrer au château. En 1581 il épouse Philippe de Champagne et de Chasteaubriant, qui quitte définitivement le Puy du Fou en 1589 pour s'installer au château de Pescheseul. Château construit sur le modèle de celui du Puy du Fou. Ouvrons ici une parenthèse. Le château de Pescheseul est toujours habité de nos jours. Mais de grâce ne déranger pas le châtelain, ce château a subit de profondes transformations et ne ressemble plus à ce qu'il était en 1540. De plus il n'est pas é et donc pas visitable. Fermons la parenthèse. En 1597 Gilbert quitte ce monde en laissant son fils de 10 ans : René 2 En 1609, René 2 revient vivre au château de Puy du Fou. Ayant été écarté de la Cour par le cardinal de Richelieu et devant faire face aux créanciers, il prend la décision d'abandonner définitivement les travaux. Seuls des aménagements seront opérés sur le côté médiéval restant du château. Disparition du pont-levis et le comblement des fossés. Mais alors que faire des matériaux excédentaire ??? On va agrandir l'église des Epesses. En 1642 et René II du Puy du Fou meurt et fut le dernier des Puy du Fou à habiter en ce château.
Gabriel du Puy du Fou, fils de René II résidant entre Paris et Pescheseul va commencer à vendre les terres qui avaient donné un nom célèbre à une famille. En 1659, peu de temps avant son décès, il vent la totalité des biens qui passeront de mains en mains jusqu'en 1977. Date à laquelle, il devient la propriété du Conseil général de la Vendée. En 1794, la colonne de Broucret, une des nombreuses colonnes du Général Turreau, incendie le château. En 1949, le château est vendu aux enchères et devient propriété de Maître Louis Savard (notaire à BRESSUIRE). Il rétablit l'étang à la place qu'il occupait au pied de la terrasse. La cour d'honneur est réhabilitée et une partie du bâtiment est remis à neuf pour y être habités. En 1962, le château sera, sous l’mpulsion de Louis Savard, classé comme monument historique. Le 13 juin 1977, un jeune homme de vingt-sept ans frappe à la porte de l'aile gauche du château et Gustave, le régisseur, lui ouvre la porte de ce qui deviendra la toile de fond du plus beau spectacle au monde (la cinéscénie).